sur le planeur classique

Les avantages du PUL sur le planeur classique

La faible masse des PUL leur donne des avantages irrésistibles
  • Perception immédiate des ascendances et des vitesses : accélérations, aile qui se soulève, etc. on retrouve les joies du pilotage pur, comme en vol libre; les yeux ne risquent pas d’être focalisés par les instruments, le pilote peut concentrer toute son attention sur l’environnement extérieur, l’observation du ciel, des phénomènes aérologiques, et des autres trafics.
  • Leur possibilité d’évoluer à faible vitesse leur permet d’exploiter des ascendances inexploitables par les autres planeurs : rayons de virage très court de l’ordre de grandeur de ceux des parapentes et des gros oiseaux, trajectoire « collant » à la pente en montagne pour profiter au mieux de la brise de pente et des ascendances dynamiques.
  • Leur faible taux de chute leur permet de profiter des ascendances les plus anémiques.
  • Il en résulte un remarquable taux de « survie » dans les points bas, aussi est-il rare qu’un PUL soit obligé d’atterrir en campagne lors des vols de distance.
  • Par ailleurs, leur petite envergure et leur faible vitesse d’approche leur permettent d’atterrir dans des champs de faible dimension, la distance d’atterrissage étant d’à peine plus d’une dizaine de mètres, d’une trentaine de mètres dans les cas les plus défavorables. Les terrains susceptibles d’être utilisés pour un atterrissage en campagne sont donc infiniment plus nombreux. Enfin, étant beaucoup moins cher à l’achat qu’un planeur traditionnel, le stress du pilote en point bas est minimum.
  • Malgré leur finesse relativement faible et leur vitesse peu élevée en transition, les PULs ont finalement une remarquable aptitude au vol de distance, des circuits de 300Km peuvent régulièrement être réalisés avec succès, ainsi que des vols de distance plus modestes dans des conditions aérologiques faibles où les pilotes des planeurs traditionnels n’oseraient même pas sortir du « local ».
  • Une remorque d’un poids total en charge de 500Kg est suffisante, donc sans homologation, ni carte grise, ni permis E.
  • Au sol, la manutention est grandement facilitée : une personne seule peut facilement le déplacer, sans effort, y compris pour le ranger dans un hangar.
  • Les opérations de montage/démontage sont facilitées, un enfant de 10 ans peut sans problème tenir un bout d’aile le temps de les assembler, et il n’est pas nécessaire de mobiliser une équipe de 5 « bons hommes » pour venir vous récupérer en cas d’atterrissage « aux vaches ».
Leur coût d’exploitation n’est pas élevé
  • Neuf pour un budget de 20.000€ à maxi 80.000€, on se situe entre un quart et un tiers du prix d’acquisition d’un planeur certifié dont le prix du neuf se situe dans une fourchette de 80.000 à 250.000€.
  • Les PULS peuvent décoller de différentes façons, toutes très économiques:
    – La majorité des PUL peuvent décoller à pied, le coût de ce type d’envol est quasiment nul;
    – Equipés d’un crochet adapté, ils sont décollables au sandow, encore un type d’envol au coût quasiment nul;
    – Remorquables par des ULM pendulaires que l’on trouve sur le marché de l’occasion en bon état dans une fourchette de prix de 5 à 10.000€, un remorqué ne consommera guère plus de 2 litres d’essence sans plomb;
    – Remorqués par des ULM 3 axes dont les clubs de vol à voile commencent à s’équiper, le taux de montée avoisine les 4 m/s : il y a là encore un avantage économique non négligeable;
    – Equipés d’un crochet adapté, ils sont tous treuillables, soit par une voiture équipée d’un dévidoir automatiquement régulé en tension, ou par un treuil fixe équipé d’une ligne en Kevlar; un autre moyen économique de décoller;
  • La maintenance est simple, elle ne requiert pas d’être effectuée par du personnel habilité, et elle n’est pas soumise à des contrôles périodiques par des organismes officiels : des coûts importants tout simplement supprimés.

Les PUL permettent de pratiquer un vol à voile économique et sans stress