Le décollage remorqué

RemorqueSerres3

RemorqueSerres2

Par ULM

Il se pratique dans le monde entier en Deltaplane et en Planeur Ultra-Léger, par ULM pendulaire ou 3 axes. Le principe de base est l’utilisation d’un fusible taré entre 90 et 120Kg reliant la ligne et l’anneau côté PUL. Ainsi, tous les cas possibles d’incidents sont couverts : perte de contrôle du pilote du PUL, dysfonctionnement du largueur du PUL, forte turbulence, etc. Il faut toutefois prendre la précaution d’opérer d’un terrain suffisamment dégagé pour permettre d’atterrir en urgence en cas d’incident juste après le décollage; cela n’est pas très contraignant, le franchissement des 15m de hauteur étant généralement obtenu en moins de 300mètres. Par la suite on atteint rapidement une hauteur de sécurité permettant, tant à l’ULM remorqueur, qu’au PUL, d’effectuer un demi tour pour revenir se poser au terrain de décollage, la  taux de montée étant largement supérieure à 2 m/s pour un ULM pendulaire de 50 à 65CV (pente de montée supérieure à 10%).

Il n’y a pas de qualification requise pour le pilote remorqueur. En France il n’y a pas de MAP (Manuel d’Application Particulière). La FFPLUM exige simplement que le pilote soit qualifié emport passager. Ainsi, du point de vue juridique, le pilote remorqué est considéré comme un simple passager. Par ailleurs, la présence du fusible dégage toute responsabilité du pilote remorqueur.

Si le pilotage d’un Deltaplane en remorqué est très délicat en raison de l’instabilité intrinsèque créée par la liaison ligne/pilote, ce n’est pas du tout le cas pour les PUL à commandes de vol 3 axes car il n’y a aucun risque de verrouillage.

Dans le cas des remorqueurs ULM pendulaires, la ligne doit comprendre un petit parachute dont la fonction est d’éviter qu’elle ne puisse entrer en contact avec l’hélice en cas de largage intempestif.

Les ULM 3 axes validés par ADPUL

Par ordre de préférence:
Phoenix, lire le compte rendu de l’évaluation
Tétras, lire le compte rendu des essais (le Tétras ordinaire est apte à remorquer des PUL, il suffit de lui ajouter un largueur, il n’est pas nécessaire de renforcer la structure du fuselage)
Ikarus C42, apte à remorquer des deltas rigides
Dragonfly, conçu spécialement pour remorquer les deltaplanes
Dynamic WT9, trop rapide pour remorquer des pilotes de PUL débutants
A22, peu performant (détente de ligne fréquentes en conditions turbulentes).

La vitesse verticale de ces ULM 3 axes en remorquage PUL est supérieure à celle lorsqu’ils remorquent des planeurs certifiés, cela se traduit par un coût de remorquage inférieur
La forte diffusion, en augmentation, de ces modèles d’ULM va multiplier les possibilités de se faire remorquer en PUL.

Vidéo du remorquage d’un Swiftlight par un ULM pendulaire

Vidéo d’un remorquage par un ULM 3 axes (A22)