4800m dans l’onde des Alpes du Nord

La saison ne s’arrête jamais en planeur ultra-léger:

Didier Givois nous le prouve en montant à 4800m dans l’onde d’Est, lors d’un vol au départ de Challes les Eaux, le 5 Novembre dernier 🙂

Le Compte rendu de Didier
Décollage de Challes 300 m d’altitude, moteur jusqu’à la Savoyarde où je prends d’abord du -4, donc vent bien Est, ce qui est plutôt bon signe. En contournant la Savoyarde le vario passe à +3.Je coupe bien en dessous de la crête, donc vers 1100.
Le vario s’essouffle vers 1500. Transition sur le Charvet, ça monte jusqu’à 2000.
Traversée du col du Frêne dans du zéro -0,5. Arrivé sur les gencives de la dent d’Arclusaz vers 1700, ça repart vers le haut, d’abord très fort contre le relief, puis patiemment jusqu’à 2600.
J’ai le choix entre continuer vers le nord sur le relief, ou tenter pour la énième fois la traversée de la Combe de Savoie pour espérer un ressaut en sortie de Maurienne. 
Deuxième option, mais avec 40kmh dans le nez, je n’avance pas vite, et même si je suis plus ou moins sur une confluence, mon altitude s’érode doucement. Vitesse sol autour de 30 kmh, une bonne dizaine de kms à parcourir, j’en ai pour 20 mn.
Du coup je m’autorise une petite tricherie, je mets un coup de moteur après avoir passé l’Isère alors que la confluence est de moins en moins sensible et le vario de plus en plus pessimiste. Ça me permet de limiter les dégâts quand j’arrive dans une zone vraiment pas bonne, et avec ma vitesse sol, j’ai le temps d’en profiter…
En d’un coup, c’est le coup de pied au cul salvateur, un tour avec le moteur pour confirmer le puissant vario, je suis à plus de 2000, et je coupe.
Je prends près de 2000 m sous le rotor, et passe en laminaire au ras des barbules.
Montée à 4800 en me décalant vers la Lauziere pour passer sous la zone FL175 (Je suis monté initialement sous la zone FL145).
Et après, il faut descendre bien avant que le ciel ne sassombrisse, et en cherchant des bonnes dégueulantes, parce que perdre 4300 m (la vent arrière de Challes se prend à 500m qnh), et bien ça prend plus d’une heure avec un taux de chute moyen d’un m/s ! 
 A noter la rotation des vents avec l’altitude, d’abord E jusqu’à 2000, puis S, et enfin OSO vers 4000.

prise d’altitude avec une jolie vue sur l’Isère

arrivée sous le paquet du rotor

L’Isère et la Dent de Crolles

au dessus du paquet de nuage

Les petits rotors qui se forment à l’avant

En perte d’altitude sur les Bauges

en descente vers Challes, là-haut, ça souffle encore !